EVITER LES PIÈGES DU CREDIT IMMOBILIER

- - Bourse et finance

Lorsque l’on envisage de quitter sa maison ou son appartement de location pour investir, les choses ne sont pas toujours aussi faciles que l’on croit. Acheter plutôt que de louer est un bonne idée, à condition que cette décision soit accompagnée d’une démarche structurée afin d’éviter les pièges.

Ne jamais surestimer ses moyens financiers

House made of money on a reflection surface

House made of money on a reflection surface

Passer du statut de locataire à celui de propriétaire est souvent un rêve qui devient réalité. Il faut toutefois faire attention à ce qu’il ne se transforme pas en cauchemar au fil des ans. Le taux d’endettement maximum accepté par les banques est généralement de 33% avec de plus en plus l’étude du « reste à vivre » qui représente la qualité de vie d’une personne ou d’une famille. Avant d’entamer les démarches auprès des professionnels prenez le temps de faire un point sur votre situation actuelle. Le montant de votre loyer reflète dans bon nombre de cas votre capacité à rembourser. Lors d’une acquisition, nous avons tendance à surévaluer notre capacité financière en justifiant l’accès à la propriété. Acheter une maison (consultez à ce titre le moteur de recherche http://www.immobilier-france.fr/acheter-maison) ou un appartement engendre souvent des frais annexes tels que l’aménagement de l’habitation, les frais de copropriété et les taxes locales qui impactent le budget de façon significative. Gardez-vous une marge de manœuvre et plafonnez votre endettement à 25% pour une vie plus confortable, quitte à allonger un peu la durée du crédit.

Ne pas affronter les banquiers ou les courtiers

Un prêt vous engage sur une durée importante et doit être adapté à votre situation. Les banquiers et les courtiers connaissent parfaitement les procédures et vous accompagneront avec de bons conseils vers la meilleure solution. Il faut donc éviter d’aborder les discussions en présentant des offres de concurrents, des tableaux de prix et de taux relevés sur des revues ou internet mais plutôt faire en sorte que votre conseiller s’intéresse à votre projet. Donnez lui de bonnes informations pour qu’il trouve la bonne solution. Posez-lui des questions sur certaines offres concurrentielles pour qu’il vous donne son opinion sans épée de Damoclès au dessus de la tête. Faites-vous confiance mutuellement pour avancer ensemble dans votre projet. Il est également inutile de faire appel à plusieurs courtiers en espérant que l’un soit meilleur que l’autre. Ils passent tous par les mêmes réseaux et auront généralement des propositions équivalentes à vous faire. Fixez des échéances et attendez le retour d’information. Si la confiance ne fonctionne pas entre vous, le courtier ne cherchera pas à se battre pour votre dossier.

Ne pas se précipiter, mais ne pas trainer

Le temps est un facteur important si vous avez décidé d’acheter. De la naissance de l’idée à la réalisation du projet il peut se passer plusieurs mois et une bonne gestion de votre temps aboutira à un projet pensé et réfléchi. Réalisez une pré-étude financière avec votre banquier pour estimer votre capacité de remboursement. Vous aurez alors des éléments précis pour indiquer votre budget au constructeur ou à l’agence immobilière que vous visiterez. Lorsque vous signez le compromis, il est lié à l’obtention de votre prêt par une clause suspensive qui vous octroie environ 45 jours pour obtenir l’accord de l’organisme financier. Ce délai permet de monter un dossier complet et d’avoir une réponse rapide si vous avez bien préparé votre budget et discuté préalablement avec votre banquier. Prenez garde toutefois à bien respecter ce délais de rétractation afin d’éviter des pénalités.

Un prêt immobilier peut être une simple formalité ou un véritable casse-tête suivant la façon dont il est engagé. Prendre le temps de planifier son projet et de le budgétiser au mieux avant de se lancer dans les démarches est une excellente façon de ne plus louer mais devenir propriétaire en évitant les pièges du crédit immobilier.

Rajoy menace avant une nouvelle poussée de fièvre indépendantiste

- - Divers

indLe Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy a essayé mardi de géré la le dossier de la Catalogne, certifiant qu’il défendra avec vigueur la souveraineté de l’Espagne, alors que le vote crucial approche progressivement, un vote qui se tiendra au parlement régional qui doit remettre sur pied, le processus d’indépendance de la région.

Le chef du gouvernement d’Espagne, est arrivé aux affaires depuis fin 2011 et va à nouveau se présenter en décembre et continuer à diriger après les élections législatives qui se tiendront le 20 décembre. Celui-ci a s’est exprimé au milieu de la journée au cours d’un discours retransmis à la télévision et organisée rapidement.

« Je veux adresser un message de quiétude à tous les Espagnols », a lancé M. Rajoy: « Cet acte de provocation n’aura aucun effet », a-t-il déclaré après la propagation d’un projet de résolution parlementaire qui sera présenté au vote du parlement catalan dès le 9 novembre.

Le texte qui porte neuf points concerne le lancement de la première étape de la « feuille de route » vers l’indépendance qui avait été évoqué par les séparatistes depuis fin mars 2015: il promet, de « déclarer majestueusement le démarrage du processus de création d’un Etat catalan indépendant sous la forme d’une république ».

Windows 10 supportera des « suggestions » pour des applications disponibles sur Windows Store.

- - Divers

dowsLa build 10565 de Windows 10 a introduit dans le système une fonction qui va permettre à Microsoft de proposer des téléchargements d’applications directement dans le menu Démarrer.

Contrairement à l’idée qui s’est répandu, ce ne pasde la pub a voulu assurer l’éditeur et aucune publicité rémunérée ne sera ajoutée au menu. Cette fonction activée à défaut peut être supprimée par l’utilisateur s’il le souhaite.

Avec son dernier système d’exploitation Windows 10, Microsoft a voulu jouer la carte de la gratuité en proposant gratuitement pour une année son nouveau système aux particuliers qui utiliseraient encore Windows 7 et Windows 8. Toutefois Microsoft, qui n’a pas du tout renoncé à la monétisation de son système OS, s’attend aux bénéfices indirects résultant de l’ajout de certains services en ligne comme Bing et Cortana mais aussi sur l’affichage d’autres informations dans le menu Démarrer réintégrés  dans Windows 10.

Microsoft insiste sur le fait que ces suggestions ne sont pas des publicités conventionnelles c’est à dire payées mais qu’il s’agit plutôt des suggestions qui sont liées à des applications déjà disponibles sur Windows Store.