Le détecteur de fumée communicant un gage de sécurité

- - Décoration intérieure

canUne loi a été lancée depuis le 8 mars, imposant aux logements de se faire installer un détecteur de fumée utile pour la prévention des débuts d’incendie et sauver de façon potentielle des vies. Et en marge de cette loi, une entreprise propose un détecteur de fumée communicant, utile pour garantir aux personnes une sécurité idéale.

L’outil est doté d’une alarme fonctionne de façon autonome, un avertisseur de fumée fonctionnant en liaison avec une radio intégrée. Créé pour les maisons individuelles, le DAAF qui dispose d’une autonomie de dix ans, détecte les fumées et vous alerte avec un puissant signal d’alarme sonore dans votre maison.

Mais également à distance pour être plus tranquille

Respectant les normes de sécurité NF En 14604, CE et NF-DAAF, le détecteur est relié à une radio au terminal de téléassistance Quiatil. Lors de la détection de la fumée, une alerte se déclenche en local et envoyée à travers Quiatil au centre de téléassistance.

En plus, ce service fonctionne 24h/24 et ce, tous les jours de la semaine.
Ensuite, un opérateur vous prend en charge et vous alerter, vous tranquilliser, vous donner des instructions à suivre. Fonctionnant sur la base d’un interphone, le détecteur communicant est un système qui rassure et qui permet à l’opérateur de chasser le doute.

Wall Street, soutenue par la Grèce, vers une ouverture en hausse

- - Bourse et finance

wallCe lundi, la Bourse de New York se dirigeait vers une ouverture en hausse, encouragée par ses homologues européens dans l’attente d’un accord sur la Grèce.

Aux environs de 14H GMT, pendant les discussions agitées, le contrat à terme sur l’indice Dow Jones Industrial Average qui donne une indication sur son évolution prochaine affichait 0,70% celui sur le S&P 500 de 0,76% et celui portant sur le Nasdaq 0,85%.

Wall Street avait clôturé la séance vendredi en léger recul, se laissant dépasser par les inquiétudes portant sur le dossier de la dette grecque. Mais, lundi les contrats à terme sont en hausse considérable en attendant qu’une solution provisoire sur le dossier grec et après la hausse du plafond de financement et d’aide d’urgence des banques ne soit trouvé» explique John Plassard de Mirabaud Securities.

Après cinq mois de discussions bloquées, les principaux acteurs de la crise grecque se sont retrouvés en fait lundi pour deux réunions, l’une qui a rassemblé les ministres des Finances de la zone euro qui sera emboitée par un sommet de la zone euro en début de soirée.

La Grèce ne dispose que d’une dizaine de jours d’échéances financières décisives au point où le gouvernement ne dispose plus de moyens pour honorer ses dettes. Et si un défaut de paiement venait à arriver, la Grèce sortirait de la zone euro, alors que la majorité des participants voudraient éviter.

Le parlement français adopte la sédation profonde

- - Divers

parleLe Parlement français a voté massivement en faveur d’une loi permettant aux patients en phase terminale de cesser le traitement pour entrer dans un « sommeil profond » jusqu’à ce qu’ils meurent.
La mesure met fin à la légalisation de l’euthanasie, qui reste un sujet de discorde dans la politique française, mais le gouvernement a déclaré que la loi donnerait aux patients sur le point de mourir plus de contrôle à la fin de leur vie.

Le président socialiste, François Hollande, impopulaire et sous pression face au chômage élevé et une économie chancelante, essaie de forger son héritage comme un réformateur social. La loi sur la « sédation profonde » vient après que son gouvernement ait légalisé le mariage gay en 2012 au milieu d’énormes manifestations de rue.
La nouvelle loi permet aux patients qui sont en fin de leur vie et qui souffrent en dépit de leur traitement, d’entrer dans une sédation profonde continue jusqu’à la mort.

Il a été décrit par le député de centre-droit et docteur, Jean Leonetti, qui a aidé à élaborer la loi sur la sédation profonde pour éviter la souffrance. En effet, la mesure permet aux patients avec des heures ou des jours à vivre comptés, de demander à être placé sous anesthésie générale jusqu’au moment où ils meurent.

La loi devrait également permettre aux gens de faire des déclarations juridiquement contraignantes, ou des «testaments de vie», indiquant qu’ils ne veulent pas être maintenus en vie artificiellement s’ils sont trop malades pour décider. Ces déclarations existaient déjà en France mais n’étaient valables que pour trois ans et les médecins étaient libres de les ignorer.